Description du problème

Comme d’autres États de la République du Mexique, celui de Tabasco a perdu une grande partie de sa flore indigène en raison de l’expansion croissante des zones urbaines. Les zones agricoles, industrielles et d’élevage prennent de plus en plus le pas sur les espaces verts naturels. De plus, les programmes de boisement en milieu rural et urbain ainsi que l’approvisionnement en arbres fruitiers font généralement appel à des espèces végétales envahissantes ou exotiques—choisies pour leur adaptabilité ou leur attrait visuel ou encore pour leur plus grande rentabilité commerciale—, et celles-ci finissent souvent par gagner du terrain et repousser la végétation indigène locale. Ces programmes ne comptent tout simplement pas sur une sélection adéquate des espèces à planter, dans bien des cas, et ils ne visent généralement pas la conservation de la flore indigène et l’officialisation de son importance, de sorte qu’on ne consacre pas d’espaces à la culture de cette flore et à sa propagation.

Le projet est donc axé sur deux problèmes principaux :

  1. la méconnaissance des espèces floristiques indigènes et de leur importance pour l’écosystème local;
  2. l’absence d’aires destinées à la plantation de telles espèces.

Dans le but de s’attaquer à ces problèmes, on réalisera une campagne à l’intention des élèves de niveaux scolaires de base, d’abord pour leur faire connaître la diversité et l’importance de la flore indigène de l’État, et ensuite afin qu’ils acquièrent les capacités et la motivation nécessaires pour contribuer à sa préservation, notamment par l’aménagement de jardins et de « murs verts » (murs végétalisés) à leur école. En outre, une serre sera construite pour la production et la conservation de nombreuses espèces de plantes indigènes de l’État de Tabasco.

Objectifs

  1. Récupérer et produire au moins 20 espèces de plantes indigènes.
  2. Réaliser une campagne de sensibilisation à l’importance de la conservation de la flore propre à l’État de Tabasco.
  3. Réduire la quantité des déchets solides urbains de même qu’augmenter le nombre d’espaces verts et améliorer leur entretien.
  4. Assurer la conservation (maintien en vie) de 70 % des plantes reçues en don.
  5. Favoriser des changements dans les valeurs, les connaissances et les comportements des élèves en ce qui concerne le soin à apporter à leur environnement.

Principales activités

Résultats

Production de 20 à 30 plantes indigènes, ce qui permettra de « récupérer » une partie des espèces floristiques en voie de disparition et de disposer de suffisamment de plantules à donner aux écoles participantes pour assurer l’aménagement de murs verts, de jardins ou de potagers.

Élèves formés à la gestion des déchets et sensibilisés à l’importance de la conservation de la flore indigène.

Reproduction et conservation des plantes données aux écoles, et suivi des impacts sur les élèves et leur milieu (valeurs, diffusion des connaissances acquises, propreté des écoles et image projetée par elles, et diminution des déchets sur les sites des écoles).