CEC hero image, a photo of Array

Prof. La’Meshia Whittington

Descendante royale du Kingdom of the Happy Land, communauté afroautochtone post-émancipation établie au cœur des Appalaches en Caroline du Nord et du Sud, La’Meshia Whittington a préservé les traditions de son peuple et de sa grand-mère, la philanthrope Rebecca Staley, en étant au service des gens. La’Meshia Whittington est l’écoarchitecte.

Mme Whittington agit contre les inégalités systémiques néfastes qui accablent les communautés de personnes de couleur marginalisées et aux premières lignes, ainsi que les populations à faible revenu. Elle est également visionnaire du chemin de fer clandestin d’écolibération et de changements systémiques pour mettre fin à l’oppression de la pollution chronique qui touche les communautés noires, pour éliminer les inégalités en matière de santé en place dans les collectivités désavantagées sur le plan socioéconomique ciblées pour l’enfouissement de déchets, et pour défendre l’autonomie et la souveraineté de collectivités puissantes dans tout le sud des États-Unis et les pays du Sud.

Mme Whittington, milléniale, est cofondatrice de Democracy Green avec sa famille : Sanja Whittington, cofondatrice/directrice générale, et Robert Whittington, Jr., cofondateur et membre de la génération Z. Democracy Green, organisme à but non lucratif dirigé par des Afro-autochtones et des Noirs, a été fondé dans le sillage des inondations causées par l’ouragan Florence et fait la promotion de la justice environnementale et de la réforme de la démocratie.

Par l’intermédiaire de Democracy Green, Mme Whittington a coordonné plus de 250 opérations de sauvetage dans l’eau et sur terre dans l’est de la Caroline du Nord, elle a aidé à amasser plus de 2 millions pour des opérations mutuelles de secours d’urgence, elle a été la première présidente du fonds communautaire qui a distribué de l’aide après de nombreuses catastrophes et durant la pandémie de COVID-19, et elle a organisé le transport par camion de 25 000 livres de fournitures d’urgence vitales aux résidents de la Floride après le passage de l’ouragan Michael.

Depuis, Democracy Green a aidé les collectivités à recevoir des fonds fédéraux destinés aux infrastructures hydrauliques. Par exemple, une récente subvention de 13,2 millions de dollars a permis la création de la toute première infrastructure d’approvisionnement en eau salubre dans une collectivité noire non constituée.

 

Par l’intermédiaire de l’organisation et à titre de conseillère du fonds, Mme Whittington a facilité le transfert direct de plus de 75 millions de dollars à des collectivités de tout le sud des États-Unis depuis la pandémie mondiale.

Le gouverneur de la Caroline du Nord Roy Cooper a nommé Mme Whittington au conseil de la N.C. Water Treatment Certification Board; elle a aussi été nommée au conseil de l’Environmental Justice and Equity Advisory Board du N.C. Department of Environmental Quality par Elizabeth Biser, secrétaire. En 2024, l’US Environmental Protection Agency (EPA, Agence de protection de l’environnement) a demandé à Mme Whittington de siéger au Local Government Advisory Committee (LGAC). Elle a également été sélectionnée comme juge au premier Rights of Nature Tribunal du pays dirigé par des Autochtones, afin d’évaluer les répercussions de l’oléoduc Mountain Valley Pipeline.

Mme Whittington a lancé la première étude sur le découpage arbitraire des circonscriptions (gerrymandering) selon la race et sur les points chauds de pollution dans les collectivités marginalisées. Elle a ensuite mené une étude sur l’intersection entre les substances perfluoroalkylées (PFAS) et la justice environnementale. Elle a publié un document sur l’impact des granules de bois et de la justice environnementale dans les collectivités, à l’intention des organismes d’État et des OBNL. Ses travaux relatifs aux nouveaux contaminants ont permis à Democracy Green de déposer une pétition qu’a acceptée l’EPA, et qui dénonçait la présence d’importants contaminants dans son État de Caroline du Nord.

Ce sont les travaux de Mme Whittington qui ont permis de créer la feuille de route de l’EPA sur les PFAS, et de les désigner comme substances chimiques dangereuses, et aussi d’établir les premières normes nationales sur la présence de PFAS dans l’eau potable. Les résultats des recherches de Mme Whittington ont été intégrés dans les premières lignes directrices cliniques du pays établies par le CDC à propos des tests sur les PFAS.

Mme Whittington, vice-cheffe de l’Eastern Band of the Apalwahči (collectif afroautochtone), est chargée de cours sur la diversité et la justice environnementale au College of Natural Resources de la N.C. State University. En 2022, ABC11 l’a qualifiée de Climate Change Hero et ABC6 a parlé d’elle dans Our America: Green Guardians. Par ailleurs, dans le cadre de la Clinton Global Initiative, on l’a inscrite sur la liste Grist50 comme « Fixer and a 2024 World Water Forum Young Water Sustainability Leader ». La professeure La’Meshia Whittington est l’écoarchitecte.