CEC hero image, a  photo of Array

Kathy Hodgson-Smith

Mme Kathy L. Hodgson-Smith exerce la profession d’avocate à Saskatoon et pratique le droit pénal et le droit autochtone, tout en travaillant pour le compte de la Métis Legal Research Education Foundation. Elle a plaidé devant plusieurs tribunaux, dont la Cour provinciale et la Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan, les cours d’appel de la Saskatchewan et de l’Alberta, ainsi que la Cour d’appel fédérale, et a agi à titre de co‑conseil devant la Cour suprême du Canada.

Elle a aussi collaboré à diverses activités d’envergure nationale pour le compte du Ralliement national des Métis (RNM), notamment la Stratégie de développement des ressources humaines autochtones, les tables rondes Canada-Autochtones, l’Accord de Kelowna et les travaux qui ont suivi l’arrêt Powley. Elle a aussi témoigné devant le Comité permanent des affaires autochtones et du développement du Grand Nord au sujet des incidences de la décision McIvor sur les Métis. Elle a en outre mené des recherches sur les droits ancestraux des Métis et les connaissances traditionnelles, et les a exposées dans le cadre de tribunes tenues sur les plans local, provincial, national et international. Elle a également mené des recherches pour le compte de la Commission royale sur les peuples autochtones, de l’Association canadienne de l’éducation et du Conseil canadien sur l’apprentissage. Les Métis lui ont aussi demandé de réaliser des études sur l’utilisation traditionnelle des terres.

Sur le plan international, Mme Hodgson-Smith représente le RNM au sein du Comité intergouvernemental de la propriété intellectuelle relative aux ressources génétiques, aux savoirs traditionnels et au folklore de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, ainsi que de la délégation canadienne à la Convention sur la diversité biologique.

Elle a présidé un certain nombre de comités, dont ceux du RNM sur la stratégie nationale en matière de recherche et sur la stratégie pour les Autochtones vivant en milieu urbain, ainsi que le Comité national sur l’environnement, sans compter le Comité technique de l’Association canadienne de normalisation, lequel a instauré une norme nationale sur la tenue des registres provinciaux concernant les Métis.