Blurry prairy

Subvention PNAACE

Renforcement des liens au sein de la collectivité par la préservation de l’environnement et la durabilité écologique

Organization: BioFutura A.C.

Emplacement géographique : Municipalité de Huehuetla, dans l'État de Hidalgo: El Cerro del Tomate El Ñanjuay (Agua Fría) El Xone El Padhí La Cebolla (Arroyo de las Cebollas) La Pahua
Pays : Mexique
Autres organismes qui participent :


  • OMNIUNITY A.C. National Forestry Commission (Comisión Nacional Forestal—Conafor),
  • Secretariat of Environment and Natural Resources (Secretaría del Medio Ambiente y Recursos Naturales—Semarnat),
  • Secretariat of Agriculture, Stockbreeding, Rural Development, Fisheries and Food (Secretaría de Agricultura, Ganadería, Desarrollo Rural, Pesca y Alimentación—Sagarpa) ,
  • TUNZA Eco-Generation,

Télécharger le résumé de projet subventionné

Conclu The Municipality of Huehuetla in the State of Hidalgo is located in the Otomí-Tepehua

DESCRIPTION DU PROBLÈME

Le Mexique jouit d’une grande diversité culturelle et biologique; on y trouve des groupes, des collectivités et des peuples autochtones très diversifiés ainsi qu’une grande variété de paysages, autant de facteurs qui dotent ce pays d’une richesse extraordinaire.

Cependant, ce patrimoine bioculturel est en train de se perdre. L’accélération de la croissance démographique et l’intensification des mauvaises pratiques agricoles et forestières ont provoqué une perte d’écosystèmes qui constitue maintenant un problème alarmant. Pour ces raisons, les habitants de la région visée sont marginalisés, accusent un grand retard en matière de scolarisation, ne mangent pas à leur faim et n’ont pas accès à une alimentation adéquate ni à des services de santé. Leurs conditions de vie sont en général inadéquates.

La municipalité de Huehuetla (‘État de Hildalgo) se trouve dans la région autochtone de la Sierra Otomí-Tepehua, laquelle comprend une forêt tropicale moyenne et une forêt d’altitude. Les activités telles que l’élevage du bétail et l’exploitation non durable des forêts ont accru la marginalisation, et il faut maintenant avoir recours à des techniques écologiques qui sont respectueuses de l’environnement et des coutumes locales afin de favoriser le commerce avec les autres municipalités dans un souci d’égalité des sexes.

Avant que les dommages soient irréversibles, il faut réexaminer les principes de durabilité écologique et soutenir les collectivités au moyen de projets environnementaux viables sur le plan socioéconomique, car seul le renforcement des liens dans la collectivité mènera à un développement optimal des villages.

Mis à part sa richesse bioculturelle, cette zone est très marginalisée selon les indicateurs socio-économiques de 2010 de la CDI PNUD (Commission nationale pour le développement des peuples autochtones–Programme des Nations Unies pour le développement) de 2010. Mentionnons que 38,28 % de la population vit dans une extrême pauvreté et souffre d’un déficit alimentaire, et que Huehuetla fait partie des municipalités les plus marginalisées de tout le Mexique.

BUTS

  • Développement des capacités et élaboration de stratégies permettant une exploitation durable des ressources, afin de promouvoir la conservation de la biodiversité et la pérennité des forêts d’altitude et des forêts tropicales aux fins de la préservation de la flore et de la faune.
  • Lutte contre la faim dans les collectivités de la municipalité, et atténuation de ce phénomène.
  • Collaboration avec six collectivités de la municipalité.
  • Construction de six serres (une dans chaque collectivité) adaptées pour la production de différents aliments et assurant l’autosuffisance alimentaire ainsi que la vente et l’échange de produits dans les marchés traditionnels.
  • Organisation de 18 ateliers sur les écotechniques et les techniques assurant la durabilité écologique; ces ateliers nous permettront de former la population qui participera à ces ateliers.
  • Mise sur pied de six brigades de reboisement, chacune ayant pour objectif de planter au moins 1 000 arbres indigènes, ce qui aidera à combattre la déforestation et la dégradation des sols.
  • Transformation de Huehuetla afin que cette localité ne compte plus parmi les municipalités qui se trouvent en situation d’extrême pauvreté dans l’État de Hidalgo et dans le reste du pays.

PRINCIPALES ACTIVITÉS

  • Donner de la formation aux participants sur la construction de serres et de systèmes de captage des eaux de pluie, formation qui mettra l’accent sur la collaboration.
  • Fournir aux participants une formation sur les activités de production agricole et les techniques écologiques qui seront utilisées dans le cadre du projet ainsi que promotion de la durabilité écologique et du développement communautaire.
  • Construire six serres (une dans chaque collectivité participante) afin de permettre la production d’aliments 100 % biologiques pour l’autoconsommation et la vente dans des marchés traditionnels.
  • Mettre sur pied six brigades de reboisement de plantes indigènes, chacune ayant pour objectif de planter au moins 100 arbres.
  • Offrir un service d’évaluation spécialisée en matière socio environnemental.

RÉSULTATS

  • Faire de Huehuetla une municipalité autosuffisante où les droits humains sont protégés, afin qu’elle ne compte plus parmi les municipalités les plus marginalisées du pays; faire passer de 38,28 % à moins de 20 % le pourcentage de la population qui se trouve en situation d’extrême pauvreté.
  • Faire en sorte que les habitants de Huehuetla changent leurs habitudes relativement à l’environnement; et leur faire comprendre qu’il n’est pas bon d’abattre les arbres de manière inconsidérée et que la préservation de la biodiversité améliorerait grandement leur qualité de vie.
  • Permettre aux collectivités visées de se prendre en main.
  • Reboiser vingt hectares de forêt, et donner à la population les connaissances nécessaires pour qu’elle continue à conserver les forêts.
  • Fournir aux collectivités l’équipement nécessaire (six serres) pour produire des aliments nutritifs qu’elles pourront consommer ou vendre, et pour développer une activité durable qui assure l’égalité des sexes et respecte les coutumes de la population autochtone.
  • Former de façon directe une bonne partie de la population (au moins 300 personnes), et 6 000 personnes de manière indirecte, afin de garantir la viabilité de ce grand projet.