Description du problème

La collecte, la gestion et le traitement des eaux pluviales urbaines constituent de longue date un défi pour les écosystèmes aquatiques, les gouvernements municipaux et les résidents que ceux-ci desservent. Souvent, après une tempête, l’eau de pluie qui ruisselle sur les toits et sur les surfaces imperméables se retrouve dans les égouts. Environ 35 % de ces eaux de ruissellement urbaines proviennent des toits. Puisque les eaux de ruissellement pluviales et les eaux des égouts sanitaires ne sont que partiellement séparées, souvent, l’eau de pluie se mélange à l’eau d’égout et déborde dans les ravins et les cours d’eau, ou elle est directement rejetée (sans traitement) dans le lac par l’usine d’épuration.

Cela peut avoir les conséquences suivantes :

  1. l’inondation des sous-sols et l’infiltration des fondations, entraînant une augmentation du coût des assurances et une réduction de la couverture des résidents et des entreprises;
  2. la contamination des écosystèmes des cours d’eau et du lac par des eaux d’égout mélangées aux eaux de ruissellement superficielles, entraînant la fermeture de plages et des entraves aux utilisations récréatives;
  3. la nécessité d’investissements accrus pour construire de coûteuses installations souterraines de stockage et de traitement, exigeant des travaux de construction et d’excavation dans les collectivités urbaines.

En outre, les changements climatiques se manifestent par une augmentation de la fréquence et de l’intensité des tempêtes. Malheureusement, les solutions classiques telles que l’aménagement d’un réseau d’égout séparatif et la construction de nouvelles installations souterraines de stockage sont coûteuses pour les contribuables, elles perturbent les résidents et les entreprises locales, et leur planification et leur aménagement nécessitent beaucoup de temps.

Dans le passé, de nombreux programmes municipaux de citernes pluviales, quoique très répandus, se sont révélés largement inefficaces. Les citernes pluviales domestiques distribuées par les programmes municipaux ou disponibles dans le commerce sont trop petites pour fournir la capacité requise. De plus, il est fréquent que les citernes ne soient pas vidangées. Ainsi, elles sont insuffisantes ou elles ne sont pas prêtes pour capter l’eau de ruissellement pluviale lorsque c’est le plus nécessaire. Le projet pilote « Endiguons l’eau de pluie » (RainCAP) vise à régler ces problèmes persistants en automatisant la surveillance des citernes, en maximisant la capacité de collecte et en recueillant des ensembles de données exhaustifs.

Objectifs

Les objectifs de ce projet sont les suivants :

  1. recenser, démontrer et mesurer les avantages économiques et environnementaux de systèmes automatisés de gestion en temps réel des eaux pluviales;
  2. mobiliser les résidents du quartier Riverdale de manière à assurer leur participation et à étendre la portée du projet;
  3. réduire les rejets d’eaux pluviales dans les égouts et les cours d’eau locaux.

Principales activités

Les objectifs de ce projet sont les suivants :

  1. recenser, démontrer et mesurer les avantages économiques et environnementaux de systèmes automatisés de gestion en temps réel des eaux pluviales;
  2. mobiliser les résidents du quartier Riverdale de manière à assurer leur participation et à étendre la portée du projet;
  3. réduire les rejets d’eaux pluviales dans les égouts et les cours d’eau locaux.

Résultats

Les résultats souhaités du projet sont les suivants :

  1. constituer une base de soutien au sein de la collectivité pour l’aménagement de citernes automatisées et la gestion domestique des eaux pluviales;
  2. mobiliser, installer et démontrer la technologie « RainGrid » de réseau automatisé de collecte en faisant appel à 15 ménages de Riverdale;
  3. recueillir des données sur la gestion domestique en temps réel des eaux pluviales par les 15 ménages et, notamment, comptabiliser le volume total d’eau de pluie détourné du réseau d’égout et le volume total utilisé à des fins domestiques;
  4. renforcer le soutien communautaire et municipal en vue d’une expansion du réseau à 100 ménages et de sa mise en application dans d’autres collectivités;
  5. établir un rapport final documentant les résultats, les enseignements tirés et les potentialités de la formule.