Description du problème

Ce projet répond au besoin d’amener des enfants à établir un lien, alors qu’ils sont encore très jeunes, avec leur écosystème et avec les cultures autochtones. Les recherches ont montré que le fait de jouer dehors dans des aires naturelles contribue à la santé émotionnelle et physique des enfants, les aide à comprendre l’importance de la préservation de la biodiversité écologique et améliore leur apprentissage des concepts écologiques. Le projet accroîtra la capacité des adultes – particulièrement les enseignants – et aussi des familles à aménager des aires naturelles, à les entretenir et à interagir avec elles, de même qu’à respecter les cultures autochtones pour leur mode de vie intimement lié à la terre.

Objectifs

  1. Améliorer l’environnement : recréer une prairie indigène ayant la plus grande biodiversité possible.
  2. Sensibilisation : faire mieux comprendre la culture des Premières Nations.
  3. Éducation : modéliser l’apprentissage par l’expérience dans une aire naturalisée.
  4. Diffusion et mobilisation.

Principales activités

Organiser des ateliers de planification avec des spécialistes locaux et des personnes intéressées; organiser des séances de défrichage, plantation et promotion de la croissance avec les spécialistes locaux et des membres de la collectivité; inviter des enfants, des enseignants, des candidats enseignants, des professeurs d’université à visiter le jardin afin d’observer les jeux des enfants et les avantages de la diversité écologique; réaliser un document vidéo sur l’évolution du jardin et sur les jeux que les enfants y jouent; organiser des fêtes en témoignage de reconnaissance aux bénévoles et aux participants.

Résultats

Créer : une aire naturelle de jeu à l’extérieur dotée de caractéristiques culturelles autochtones; un espace d’enseignement pour les candidats enseignants et un espace de démonstration pour les enseignants en exercice; un document vidéo sur la création et l’utilisation du jardin; un site Web décrivant cet aspect du Jardin de l’habitat des prairies et présentant du matériel et des activités suggérés; une capacité accrue et un intérêt plus grand pour la création d’espaces naturels de jeu pour les enfants; une meilleure compréhension de la relation des Autochtones avec la terre.