DESCRIPTION DU PROBLÈME

En superficie, le lac Winnipeg est le dixième lac au monde. Son bassin chevauche deux pays et s’étend sur quatre provinces, quatre États et plus de 100 collectivités autochtones. En raison des charges en polluants phosphorés résultant de l’activité humaine dans ce vaste bassin transfrontière, le lac Winnipeg est l’un des plus gros lacs eutrophes au monde. En 2013, le Fonds mondial pour la nature a décerné au lac Winnipeg le titre de « Lac menacé de l’année ». Sur le plan économique, la détérioration de la qualité de l’eau du lac Winnipeg menace ses importantes industries de la pêche et du tourisme et a entraîné une baisse de la valeur des propriétés immobilières. Sur le plan écologique, l’eutrophisation a affecté la résilience de la chaîne alimentaire du lac et pourrait avoir des effets néfastes généralisés sur la biodiversité. Sur le plan social, la prolifération des cyanobactéries limite l’accessibilité de l’eau aux fins culturelles et récréatives traditionnelles, diminue la qualité de l’eau potable et pourrait se répercuter durement sur la santé environnementale des collectivités tributaires de la pêche en cas d’accumulation des toxines dans le poisson.

OBJECTIFS

Favoriser la prise en compte des points de vue autochtones dans les solutions destinées au lac Winnipeg.

PRINCIPALES ACTIVITÉS

Facilitation et soutien : Faciliter la participation et le développement des capacités au sein des collectivités autochtones du lac Winnipeg et soutenir les priorités émergentes en matière de surveillance et de politique.

RÉSULTATS

Ce projet permettra d’inclure les points de vue particuliers et souvent marginalisés des Autochtones et d’éclairer les méthodes d’intendance des organisations partenaires alliées. Des possibilités seront créées pour l’émergence d’une initiative consensuelle dirigée par les Premières Nations afin de protéger le lac Winnipeg. Les résultats ne sont pas prescrits, mais ils peuvent inclure les suivants : un réseau de surveillance communautaire autochtone; un processus de consignation des connaissances autochtones sur le lac; l’élaboration d’indicateurs de la santé du lac définis par les collectivités autochtones; la création d’un organe consultatif autochtone pour éclairer l’élaboration de politiques utiles, etc.