Description du problème

La région des Grands Lacs est affligée d’une myriade de problèmes environnementaux et chapeautée par une complexe structure de partage des compétences entre de multiples ordres de gouvernement, à une époque où l’affaiblissement du rôle des citoyens réduit l’investissement de la collectivité dans la bonne intendance de ce bien commun qu’est l’eau. Reliant entre elles, dans un esprit d’apprentissage mutuel, des initiatives locales de saine gestion de l’eau menées dans des collectivités autochtones et urbaines, ce projet améliore les communications et l’échange d’informations, renforce la mobilisation et favorise un réseautage entre les collectivités des Grands Lacs. Appliquant à l’échelle pilote des outils et méthodes qui constituent des pratiques exemplaires, qui transforment les valeurs et qui explorent des solutions intégrées, le projet entraîne un renforcement des capacités communautaires et organisationnelles.

Objectifs

Actuellement, l’action à l’échelle locale paraît vaine en raison de la vaste étendue du bassin versant des Grands Lacs; les frontières internationales entravent et complexifient la recherche par les collectivités locales de solutions novatrices potentielles. L’expansion du groupe d’intervention commune pour la préservation de l’eau des Grands Lacs (Great Lakes Commons) peut contribuer à donner naissance à une identité collective (un sentiment d’« appartenance aux Grands Lacs »), à promouvoir les concepts de responsabilité partagée et d’avantages partagés, à inciter les collectivités à s’attaquer à la résolution de défis communs et à faire advenir des changements positifs sous la forme d’interventions concertées en vue de prendre soin de ces plans d’eau, aujourd’hui et pour les générations futures. Ce projet comporte deux buts intimement liés : outiller les collectivités locales pour accroître leur capacité à participer à des initiatives de protection et aux processus décisionnels concernant les Grands Lacs, et renforcer la mobilisation à l’échelle de la biorégion, ainsi que le réseautage entre les groupes engagés dans la protection de l’eau, au moyen d’une approche basée sur une formule communautaire. Pour favoriser la mobilisation à l’échelle communautaire, nous adapterons et nous diffuserons des modèles et outils, prometteurs ou avérés, de processus décisionnels à base communautaire concernant l’eau, afin que les collectivités de l’ensemble de la biorégion puissent les utiliser. Pour renforcer le réseautage à l’échelle biorégionale, nous intensifierons les communications et les liens entre les groupes et les leaders communautaires qui se préoccupent de la protection de l’eau et nous favoriserons le maintien du dynamisme en organisant des événements concertés et complémentaires reliés à l’eau.

Principales activités

Les activités suivantes sont prévues dans le cadre du projet :

  1. Recenser les modèles et outils communautaires locaux de bonne intendance de l’eau que les partenaires ont mis au point et les adapter pour en faire des modèles et outils de référence.
  2. Adapter les modèles et outils aux divers contextes locaux et les appliquer à l’échelle pilote.
  3. Publier les modèles et outils et les promouvoir en tant que trousse d’outils que les organisations locales soucieuses de la bonne intendance de l’eau peuvent adopter et adapter.
  4. Organiser des rassemblements virtuels autour de thématiques pour que les leaders locaux qui se préoccupent de la protection de l’eau puissent apprendre les uns des autres, collaborer et renforcer leurs capacités.
  5. Donner de l’impulsion aux activités et aux groupes à l’échelle locale en diffusant des interviews, des récits et des articles sur la mobilisation citoyenne. Situer les emplacements de ces récits sur une carte géographique ayant pour thème le partage des connaissances dans un esprit de collaboration (carte du groupe d’intervention commune pour la préservation de l’eau des Grands Lacs).

Résultats

Ce projet renforce les capacités locales d’intervention en matière de bonne intendance de l’eau et renforce le réseautage à l’échelle de la biorégion entière. Parmi les résultats, on compte l’élaboration et la mise en œuvre de pratiques exemplaires adaptées au contexte local, en vue d’accroître la mobilisation à l’égard des problèmes liés à l’eau et de permettre la coordination d’événements complémentaires. Le fait de relier les efforts locaux entre eux a pour avantage que les organisations communautaires se sentent soutenues par un mouvement biorégional qui prend de l’ampleur — ce qui leur permet d’accroître et de mobiliser leur public cible et de déployer des efforts positifs additionnels axés sur la bonne intendance de l’environnement, contribuant ainsi à faire des collectivités autochtones et urbaines qui entourent les Grands Lacs des collectivités dynamiques, conscientisées et soucieuses de durabilité.