CEC hero image, a  photo of Array

Subvention PNAACE

Mesures d’atténuation des effets des sécheresses sur l’agriculture et réduction des risques de catastrophe dans l’État de Puebla

Organization: Central de Servicios para el Desarrollo de Puebla A.C. (Centre de services pour le développement de l’État de Puebla).

Emplacement géographique : Pahuatlán y Molcaxac, Puebla, Mexique
Pays : Mexique
Autres organismes qui participent : Le Centro de Bachillerato Tecnológico Agropecuario no. 305 (CBTA, Centre de baccalauréat en technologie agricole, « CBTA ») no 305, dans le chef-lieu de Molcaxac, État de Puebla; le camp expérimental “Las Margaritas” de l’Instituto Nacional de Investigaciones Forestales, Agrícolas y Pecuarias (INIFAP, Institut national de recherches forestières, agricoles et animales), à Hueytamalco, État de Puebla; des agriculteurs coopérants; les autorités locales et les comités de prévention des risques de sept localités (Ahíla, Tapayula, Pahuatlán, Xolotla, Acalapa, Linda Vista et Cuauneutla) de la municipalité de Pahuatlán de Valle, État de Puebla; le Colectivo de Jóvenes Profesionistas Campesinos A.C. (Collectif de jeunes professionnels ruraux); et des résidants des localités où le projet aura lieu.

Télécharger le résumé de projet subventionné

Conclu effets des sécheresses

Contexte

Comme ailleurs dans le monde, les agriculteurs du Mexique sont constamment confrontés à des pluies rares ou irrégulières, ainsi qu’à des périodes de sécheresse de plus en plus extrêmes et prolongées, qui affectent le développement des cultures, entraînent des pertes de récoltes et ont des incidences négatives sur l’économie. En outre, les fortes pluies provoquent l’effondrement de collines et de coteaux dans les zones montagneuses, ainsi que le débordement de rivières et de ruisseaux qui causent des inondations, portent atteinte à l’environnement physique et aux ressources, et causent des pertes matérielles et humaines. La région montagneuse du nord de l’État de Puebla ne fait pas exception, car elle a subi de nombreuses catastrophes météorologiques associées aux changements climatiques.

Préoccupés par la possibilité de catastrophes plus fréquentes causées par des événements climatiques extrêmes, des habitants de sept localités de la municipalité de Pahuatlán de Valle, dans l’État de Puebla, ont constitué des comités de prévention des risques de catastrophes et élaboré des plans afin de réduire ces risques, avec le soutien de plusieurs entités, notamment le Fondo Social Banamex (Fonds social de Banamex), l’Ayuda en Acción México A.C. (L’aide à l’action au Mexique), Oxfam México, Visión Mundial (Vision mondiale) et l’association civile Colectivo de Jóvenes Profesionistas Campesinos (Collectif de jeunes professionnels ruraux).

Le projet subventionné a pour objectif de contribuer à réduire les risques de catastrophes dues à l’effondrement de collines et aux inondations résultant de crues de rivières et de ruisseaux, ainsi que l’incidence des sécheresses sur la production de maïs dans la région montagneuse de l’État de Puebla. Il est prévu d’entreprendre des activités de reboisement, de recourir à des technologies pour atténuer les effets des sécheresses en donnant suite à des plans de prévention des risques déjà élaborés, et d’appliquer une approche participative axée sur la formation, les conseils et l’accompagnement technique.

Objectifs

Le projet vise à atteindre les objectifs suivants pour la municipalité de Pahuatlán, dans l’État de Puebla :

  • Établir six parcelles de culture de maïs afin d’évaluer des techniques d’atténuation des sécheresses.
  • Reboiser 21 hectares avec deux variétés de bambou (en moyenne 500 plants par hectare).
  • Établir des plantations de bambou le long des rives de rivières et de ruisseaux sur quatre kilomètres, dans trois sillons distants de quatre mètres et avec un intervalle de cinq mètres entre les plants.
  • Installer une pépinière de production de 10 000 plants de bambou par an en vue de reboiser des pentes de collines et des rives de rivières et de ruisseaux.
  • Organiser onze événements de formation sur les technologies qui permettent d’atténuer les effets des sécheresses et favorisent la propagation, la plantation et la gestion du bambou.
  • Organiser quatre événements de diffusion des mesures visant à atténuer les effets des sécheresses et à réduire les risques face aux catastrophes.
  • Imprimer 2 000 brochures pour soutenir les activités de sensibilisation.
  • Effectuer 48 visites afin de formuler des conseils techniques.

Principales activités

Le projet comprend deux volets : l’un vise à aider les petits agriculteurs des localités participantes à se préparer aux sécheresses qui ont des effets sur l’agriculture, principalement sur la culture du maïs; l’autre vise à éviter l’effondrement de collines et le débordement de rivières et de ruisseaux dans la région montagneuse du nord de l’État de Puebla.

La culture du maïs est une activité économique qui revêt une grande valeur dans l’État de Puebla. Bien que le Centre international d’amélioration du maïs et du blé (CIMMYT) ait promu « l’agriculture de conservation » en vue de retenir l’humidité du sol et d’améliorer la productivité de ce dernier, il existe d’autres pratiques et technologies pouvant atténuer les effets des sécheresses, dont : la préparation du sol (avec labourage vertical afin que l’eau s’infiltre plus facilement dans le sol); l’utilisation d’intrants qui retiennent l’humidité (des champignons, des bactéries et des amendements); la sélection de semences tolérantes au stress hydrique (les sécheresses et les inondations). L’idée consiste à appliquer un modèle d’atténuation qui vise initialement la production de maïs, et qui peut éventuellement s’adapter à d’autres activités agricoles.

L’autre volet du projet est destiné à travailler avec sept localités de la municipalité de Pahuatlán, dans l’État de Puebla, afin d’entreprendre des activités de reboisement et de réduire ainsi les risques de catastrophes dues à l’effondrement de collines et au débordement de cours d’eau. Il s’agit de contenir les pentes de collines et les rives de rivières et de ruisseaux en y plantant des bambous. Cette espèce pousse très vite, s’enracine en s’étendant sur une grande surface, se propage facilement sans qu’il soit nécessaire de la réensemencer, et possède un fort potentiel commercial. La formation aux techniques de propagation, de plantation et d’entretien de bambous, ainsi que l’aménagement d’une pépinière locale de production de plants, permettront d’assurer la continuité du projet et du reboisement dans la région. Au cours d’une deuxième étape, il est prévu de promouvoir l’utilisation durable de bambous cultivés afin de construire des bâtiments publics et privés dans la municipalité de Pahuatlán.

Plus précisément, le projet comprend les principales activités suivantes:

  • La tenue d’ateliers de formation sur les pratiques et les variétés de maïs adaptées aux sécheresses.
  • Le choix et l’établissement de « milpas » (champs de maïs) conventionnels, mais aussi avec des variétés de maïs tolérant les sécheresses.
  • La réalisation de visites de suivi dans les parcelles de maïs avec la participation des bénéficiaires coopérants et des comités de prévention des risques.
  • L’évaluation des résultats de la production dans les parcelles.
  • La dispensation d’une formation sur la propagation, la plantation et l’entretien des plants de bambou.
  • La plantation de bambous à des fins de reboisement dans des zones choisies, dont les pentes de collines pour éviter les glissements de terrain, et les rives de rivières et de ruisseau pour les solidifier et prévenir les inondations.
  • L’aménagement d’une pépinière de production de plants de bambou.
  • La réalisation de visites afin de formuler des conseils et d’offrir de l’accompagnement.
  • L’établissement d’un rapport afin de diffuser les résultats du projet.

Résultats

  • L’application et la diffusion d’un ensemble de procédés technologiques afin d’atténuer l’incidence des sécheresses sur la culture du maïs.
  • La consolidation de terrains avec des plantations de bambous, notamment sur les pentes de collines (21 hectares de reboisement continu) et les rives de rivières et de ruisseaux (sur quatre kilomètres) de la municipalité de Pahuatlán.
  • L’aménagement d’une pépinière (afin de produire 10 000 plants par an) pour reboiser avec des bambous des pentes de collines et des rives de rivières et de ruisseaux.
  • L’offre d’une formation à 220 bénéficiaires formés, dont 80 au sujet des technologies d’atténuation des effets des sécheresses sur la culture du maïs, et 140 au sujet de la propagation, de la plantation et de l’entretien des bambous.
  • L’information fournie à 500 citoyens sur les mesures permettant d’atténuer les effets des sécheresses et de réduire les risques de catastrophes.
  • La fourniture d’un accompagnement technique et la coordination des activités.