Description du contexte : 

La disparition et la dégradation des forêts contribuent largement aux changements climatiques à l’échelle planétaire, constituant la deuxième source d’émissions de CO2 anthropique après la combustion des combustibles fossiles.

Au sein de la réserve de Sierra Cojolita, dans l’État du Chiapas, au Mexique, les collectivités souhaitent vraiment protéger les forêts et améliorer la qualité de vie de leurs résidants, grâce à l’intégration aux nouveaux marchés du carbone; toutefois, les lacunes au chapitre des capacités techniques, de la collaboration et du financement ralentissent le processus.

Objectifs : 

  1. Créer des crédits de carbone fiables conformes à la norme mondiale la plus stricte en ce qui concerne les forêts, à savoir la Verified Carbon Standard (VCS);
  2. Limiter les modifications d’utilisation des terres à un taux de 15 à 30 %. en intensifiant la production agricole et en établissant des limites claires pour les réserves et les aires protégées intégrées;
  3. Renforcer les organisations locales et la participation des collectivités locales en ce qui concerne les méthodes d’utilisation des terres et les échanges de crédits de carbone;
  4. Établir des réseaux d’apprentissage à propos du REDD (réduction des émissions causées par le déboisement et la dégradation des forêts), à l’intention des collectivités autochtones et des ONG locales.

Principales activités : 

Pour déterminer les éléments à l’origine de la déforestation dans la zone visée par le projet, l’équipe de projet établira des limites claires pour les divers terrains, offrira une formation à propos du pâturage intensif de cultures de légumineuses, et renforcera les capacités des agriculteurs locaux à maintenir des activités traditionnelles à faible impact et à mettre en œuvre de nouvelles formes d’agriculture durable.

L’ensemble de la formation sera offerte dans le cadre d’une combinaison d’ateliers, de démonstrations in situ et de programmes d’accompagnement. Les membres du public cible (collectivités mayas, mais aussi autres intervenants locaux) collaboreront avec le personnel et les partenaires d’EcoLogic, ainsi qu’avec d’autres facilitateurs, afin d’appliquer cet apprentissage et de le partager avec les collectivités voisines et les pairs. L’équipe de projet offrira d’autres services d’accompagnement et supervisera la mise en œuvre.

Résultats attendus : 

  1. L’application de méthodes/techniques d’agriculture et de pâturage intensifs, ainsi que la délimitation claire des réserves, limitent la déforestation dans la zone visée par le projet et, du fait même, réduisent les émissions de CO2
  2. Des crédits de carbone fiables sont générés, et les collectivités joueront un rôle de chef de file et participeront activement, une fois que le projet arrivera à l’étape de la vérification VCS (tous les cinq ans);
  3. Les collectivités et les ONG locales possèdent la capacité, les compétences et les connaissances nécessaires pour gérer un projet de REDD.