CEC hero image, a  photo of Array

Subvention PNAACE

Formation et éducation en matière environnementale et bioculturelle comme stratégie d’adaptation aux changements climatique, compte tenu du manque de ressources hydriques dans les collectivités de la zone visée

Organisation : Consejo Ecoregional Sierra Tarahumara, A.C.

Pays : Mexique
Autres organismes qui participent :

  • The Christensen Fund Ecología y Comunidad Sustentable A.C.,
  • National Commission on Natural Protected Areas Pronatura Noroeste,
  • Inter-American Development Bank,
  • Urique Municipal Government,

Télécharger le résumé de projet subventionné

Conclu

Contexte

L’idée du projet a pris naissance dans les collectivités participantes, lesquelles ont déterminé, grâce à une consultation communautaire sur l’adaptation aux changements climatiques et les stratégies à adopter à cet égard, que la pénurie d’eau et la détérioration des secteurs riverains constituaient les deux principaux problèmes auxquels la région faisait face.

Objectifs

Au moyen de l’éducation en matière environnementale et bioculturelle, les collectivités acquièrent une formation sur les techniques de conservation et de restauration des secteurs riverains. Outre la création d’une aire marine de conservation par la collectivité, le projet vise également, comme stratégie pour atténuer les impacts des changements climatiques, l’installation de citernes pour le stockage de l’eau de pluie et de systèmes pour sa purification à l’intention des familles.

Principales activités

Ateliers communautaires, mécanismes participatifs de surveillance, séances de travail avec les autorités traditionnelles, restaurations des zones riveraines, désignation d’aires marines de conservation par les collectivités, plan de conservation de ces aires et réglementation afférente, installation de systèmes pour recueillir l’eau de pluie.

Résultats

  • Formation de douze promoteurs issus de la culture locale afin qu’ils puissent faire un travail d’éducation en matière d’environnement, de conservation des ressources hydriques et de biodiversité;
  • 100 résidents locaux formés en matière de conservation des zones riveraines et engagés dans cette dernière;
  • instauration d’un système de collecte de données géographiques permettant d’établir des comparaisons pour évaluer les changements graduels;
  • création de deux aires marines de conservation par la collectivité;
  • plan de gestion traditionnelle pour chacune de ces aires;
  • installation de 20 citernes pour recueillir l’eau de plus et d’autant de systèmes pour la purifier.