Subvention PNAACE

Co-conception de solutions durables pour faire face à l’après-pandémie de COVID-19 dans des collectivités vulnérables de la région semi désertique de l’État de Querétaro

Organisation : Universidad Autónoma de Querétaro

Dans le cadre de sa responsabilité sur le plan social, l’Universidad Autónoma de Querétaro (UAQ, Université autonome de Querétaro) cherche à encourager la conception de solutions de remplacement durables pour le bien commun des collectivités vulnérables dans un milieu fortement participatif.

Emplacement géographique : La municipalité de Tolimán (Querétaro). Les communautés impliquées : El Jabalí, La Cebolleta, El Derramadero et El Patol.
Pays : Mexique
Autres organismes qui participent : La municipalité de Tolimán participera au projet avec le soutien de ses directions du développement durable, du développement économique, du tourisme et du développement social. Parmi les autres participants figurent le Secretaría de Desarrollo Sustentable (ministère du Développement durable) de l’État de Querétaro, ainsi que les directions locales d’entités fédérales, à savoir le Secretaría de Medio Ambiente y Recursos Naturales (Semarnat, ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles), la Comisión Nacional Forestal (Conafor, Commission nationale de la foresterie) et le Procuraduría Federal de Protección al Ambiente (Profepa, Bureau du procureur fédéral chargé de la protection de l’environnement). Ce projet cadre avec le Corredor Regional para la Sustentabilidad (Coresu, Corridor régional pour la durabilité), une expérience multi-institutionnelle qui met l’accent sur les services aux habitants les plus démunis et les collectivités les plus vulnérables de la Sierra Gorda et de la région semi-désertique de Querétaro.

Actif

©Raúl Pineda

Contexte

La région semi-désertique de Querétaro est une zone inhospitalière comptant des collectivités rurales très dispersées et hautement vulnérables. Le manque d’offres d’emploi à l’échelle locale et de services publics de qualité entraîne un niveau élevé de pauvreté qui, à son tour, a des conséquences néfastes sur les ressources naturelles, et nuit à l’organisation et au tissu social des collectivités. Dans le contexte de cette précarité économique, la pandémie de COVID-19 a représenté un facteur supplémentaire qui a contribué à la dégradation des conditions socioenvironnementales des collectivités de la région. Afin de contribuer à améliorer la situation, l’UAQ, par l’intermédiaire de son Centro Regional de Capacitación en Cuencas (Centre régional de formation dans les bassins) a conclu un partenariat avec la municipalité de Tolimán en vue d’entreprendre des projets de type socioenvironnemental et de mettre en fonction un centre nodal de formation en matière de durabilité.

Objectifs

Le projet a pour but de transférer et d’adapter les expériences participatives du centre régional de formation – un programme fructueux depuis 11 ans en matière de mise en œuvre et de reconnaissance à l’échelle nationale – à quatre collectivités isolées de la municipalité de Tolimán qui font preuve de diversité quant à leur tissu social, situation géographique et structure économique.

Principales activités

  1. Restaurer 60 hectares de versants érodés dans les localités où sera mené le projet en procédant par bassins et en faisant participer les collectivités pour conserver de façon intégrée les sols, l’eau et la biodiversité afin de réhabiliter les sources, d’améliorer le couvert végétal et de maîtriser les ruissellements.
  2. Établir quatre unités agroécologiques familiales qui, dans le cadre d’un processus de micro-organisation des parcelles, permettent d’aboutir à l’autosuffisance alimentaire, de disposer de végétaux pour créer de petits commerces, et de constituer une base exemplaire pour d’autres familles des collectivités participantes et de la région.
  3. Construire, par l’entremise de techniques écologiques, 35 habitations durables qui, en plus d’assurer la sécurité hydrique des familles, permettront d’améliorer l’état de santé général des habitants.

Résultats

La mise en œuvre, dans une optique participative, de processus d’autoconstruction et de renforcement des capacités locales prévus dans le cadre du projet, qui pourront être extrapolés et répandus dans les collectivités participantes et d’autres de la région. Ensemble, elles comptent quelque 13 000 habitants dans la région semi-désertique du Querétaro.