Photo of the North American Continent

Communiqué

Un comité de citoyens fait des recommandations à propos des projets proposés par la CCE

Le CCPM, qui considère la transparence et les communications comme des éléments essentiels à la coopération environnementale trilatérale, vous invite à participer à la prochaine session publique de la CCE.

Montréal, le 25 mai 2011 — Selon le plus récent avis présenté au Conseil de la Commission de coopération environnementale (CCE) par le Comité consultatif public mixte (CCPM), la transparence et le dialogue ouvert avec les citoyens sont deux éléments essentiels à l’atteinte des objectifs environnementaux collectifs des gouvernements du Canada, du Mexique et des États-Unis.

Dans cet avis, le CCPM examine plus d’une douzaine de projets qui prévoient des travaux de collaboration à l’échelle de l’Amérique du Nord pour 2011 et 2012, en mettant en lumière le soutien apporté à des initiatives comme la gestion rationnelle des produits chimiques, la restauration des prairies indigènes d’Amérique du Nord et le renforcement de l’application des lois de l’environnement, entre autres.

Le CCPM a par ailleurs constaté que certaines descriptions de projets faisant partie du programme de travail biennal proposé par la CCE étaient trop vagues, et recommandé qu’on donne davantage de détails à propos de ces projets.

En outre, le CCPM croit qu’on n’a pas du tout fait le suivi nécessaire du rapport présenté en 2011 par le Secrétariat de la CCE, qui s’intitulait Sur la voie du développement durable : Réduction des émissions de gaz à effet de serre découlant du transport de marchandises en Amérique du Nord, et recommande au Conseil d’élaborer un projet à cette fin.

Les recommandations du CCPM relatives au programme de travail concerté proposé pour 2011 et 2012, qui ont été soumises aux commentaires du public en avril, parallèlement à d’autres commentaires reçus, sont disponibles sur le site Web de la CCE.

Bon nombre des projets de la CCE, nouveaux ou en cours, feront l’objet d’une discussion lors de la XVIIIe session ordinaire du Conseil de la CCE et des activités connexes, qui se dérouleront les 21 et 22 juin 2011 à Montréal, au Canada. Le CCPM animera les discussions relatives aux travaux de la CCE avec le Conseil — composé du ministre de l’Environnement du Canada, Peter Kent, du ministre de l’Environnement et des Ressources naturelles du Mexique, Juan Elvira Quesada, et de l’administratrice de l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis, Lisa P. Jackson — et organisera une tribune publique spéciale consacrée à la gestion des déchets électroniques en Amérique du Nord.

La participation à ces réunions est gratuite et ouverte à tous. Par ailleurs, les sessions publiques organisées durant les deux journées seront retransmises en direct par webdiffusion sur le site de la CCE – un service d’interprétation simultanée sera offert en français, en anglais et en espagnol, et les participants pourront poser des questions en ligne.

Inscrivez-vous dès aujourd’hui si vous souhaitez participer à cette activité en personne ou en ligne.

Qui sommes-nous?

Les gouvernements du Canada, du Mexique et des États-Unis ont établi la Commission de coopération environnementale (CCE) en 1994 en vertu de l’Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l’environnement, à savoir l’accord parallèle à l’Accord de libre-échange nord-américain en matière d’environnement. Or, depuis 2020 et conformément au nouvel Accord Canada‒États-Unis‒Mexique (ACEUM), elle est désormais régie par l’Accord de coopération environnementale (ACE). La CCE rassemble un éventail d’intervenants issus du grand public, de peuples autochtones, des jeunes, d’organisations non gouvernementales, du milieu universitaire et du domaine des affaires en vue de trouver des solutions qui permettent de protéger l’environnement que partagent les trois pays nord-américains, mais tout en favorisant un développement économique durable au profit des générations actuelles et futures.

La CCE réalise ses activités grâce au soutien financier du gouvernement du Canada, par l'entremise du ministère de l’Environnement et du Changement climatique, du gouvernement du Mexique, par l'entremise du Secretaría de Medio Ambiente y Recursos Naturales (ministère de l'Environnement et des Ressources naturelles), et du gouvernement des États-Unis, par l'entremise de l'Environmental Protection Agency (Agence de protection de l'environnement).

About the CEC video