Photo of the North American Continent

Communiqué

Le CCPM de la CCE présente ses principales observations après avoir demandé à un groupe diversifié de Nord-Américains ce qui contribue à la résilience des collectivités et des écosystèmes

La Nouvelle-Orléans, le 13 juillet 2012 Les 9 et 10 juillet, le Comité consultatif public mixte de la CCE a réuni 80 Nord-Américains à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, afin de discuter de la façon d’améliorer la résilience de leurs collectivités dans un contexte de changements environnementaux sans précédent. Les participants, venant d’aussi loin qu’Iqaluit, au Canada et que le Yucatán, au Mexique, représentaient divers segments de la société : activistes communautaires, dirigeants d’entreprise, spécialistes de la durabilité, scientifiques et représentants gouvernementaux.

Martín Gutiérrez Lacayo, président du CCPM, a déclaré : « Des dirigeants d’entreprise aux résidants de collectivités minoritaires à faible revenu installés près d’usines de produits chimiques et confrontés à de graves problèmes de justice environnementale, tous les participants étaient considérés comme des spécialistes de l’enjeu important qu’est la résilience. »

Les participants ont écouté des conférenciers comme Beverly Wright, du Deep South Center for Environmental Justice à La Nouvelle-Orléans, Craig Applegath, de l’organisme Resilient City à Toronto, et Argelia Pérez Luviano, de Transicion Ensenada, première collectivité en transition au Mexique. Ils ont participé à une série d’activités de collaboration qui ont permis de constituer en temps réel le contenu d’un rapport.

C’était la première fois que le CCPM mettait en œuvre un tel processus participatif, permettant à chaque personne présente de participer à la préparation du rapport final intitulé Resilient Future: Voices of North Americans on Policy and Action. Ce rapport a été présenté lors de la session ordinaire du Conseil du 11 juillet, aux hauts responsables nord-américains de l’environnement : Peter Kent, ministre de l’Environnement du Canada, Juan Elivra Quesada, ministre de l’Environnement et des Ressources naturelles du Mexique, et Lisa P. Jacskon, administratrice de l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis. Ce document constituera une ressource importante pour le CCPM quand il préparera ses futurs avis au Conseil de la CCE.

Fort du succès de ce nouvel outil de mobilisation du public, le CCPM entend poursuivre ce type de débat innovateur. Il invite tous les membres du public nord-américain à participer au dialogue, ainsi qu’aux futurs ateliers interactifs consacrés aux enjeux environnementaux importants dans notre région.

Qui sommes-nous?

Les gouvernements du Canada, du Mexique et des États-Unis ont établi la Commission de coopération environnementale (CCE) en 1994 en vertu de l’Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l’environnement, à savoir l’accord parallèle à l’Accord de libre-échange nord-américain en matière d’environnement. Or, depuis 2020 et conformément au nouvel Accord Canada‒États-Unis‒Mexique (ACEUM), elle est désormais régie par l’Accord de coopération environnementale (ACE). La CCE rassemble un éventail d’intervenants issus du grand public, de peuples autochtones, des jeunes, d’organisations non gouvernementales, du milieu universitaire et du domaine des affaires en vue de trouver des solutions qui permettent de protéger l’environnement que partagent les trois pays nord-américains, mais tout en favorisant un développement économique durable au profit des générations actuelles et futures.

La CCE réalise ses activités grâce au soutien financier du gouvernement du Canada, par l'entremise du ministère de l’Environnement et du Changement climatique, du gouvernement du Mexique, par l'entremise du Secretaría de Medio Ambiente y Recursos Naturales (ministère de l'Environnement et des Ressources naturelles), et du gouvernement des États-Unis, par l'entremise de l'Environmental Protection Agency (Agence de protection de l'environnement).

About the CEC video