La CCE reçoit une communication sur le marsouin du golfe de Californie en vertu du chapitre 24 de l’ACEUM

Montréal, le 12 août 2021 — Le Center for Biological Diversity (Centre pour la diversité biologique), l’Animal Welfare Institute (Institut pour le bien-être des animaux), le Natural Resources Defense Council (Conseil pour la défense des ressources naturelles) et l’Environmental Investigation Agency (Agence d’enquêtes environnementales) ont présenté hier une communication à la Commission de coopération environnementale (CCE) en vertu des dispositions du chapitre 24 de l’Accord CanadaÉtats-Unis Mexique (ACEUM). Les auteurs y allèguent que le Mexique omet d’assurer l’application efficace de ses lois de l’environnement en vue de protéger le marsouin du golfe de Californie.

Plus précisément, ils allèguent que le gouvernement mexicain a omis d’assurer l’application efficace de plusieurs lois de l’environnement, ce qui a causé la quasi-disparition de cette espèce de marsouin dont il ne reste qu’une dizaine d’individus. Ils affirment que sa population est en déclin depuis des années à cause des filets maillants utilisés pour la pêche au totoaba, une espèce de poisson en voie de disparition qui est menacée par les activités de pêche illégale et qui est vendue sur les marchés internationaux.

Le marsouin du golfe de la Californie (Phocoena sinus) représente le plus petit cétacé au monde et le mammifère marin le plus menacé. Son aire de répartition est la plus restreinte parmi les baleines, les dauphins et les marsouins, car il vit dans une zone de 3 900 kilomètres carrés située dans le haut golfe de Californie, au Mexique, près de la ville de San Felipe. Quant au totoaba (Totoaba macdonaldi), il s’agit d’un gros poisson de mer qui se déplace en bancs et dont l’habitat chevauche en partie celui du marsouin du golfe de Californie. Selon les auteurs de la communication, le Mexique omet d’assurer l’application efficace de la Ley General de Vida Silvestre (LGVS, Loi générale sur les espèces sauvages), qui régit la pêche dans l’habitat de ce type de marsouin, notamment d’un règlement interdisant l’utilisation de filets maillants et la capture de totoabas.

Le Secrétariat examinera la communication et déterminera si elle satisfait aux critères énoncés aux paragraphes 24.27(2) et (3) de l’ACEUM. Pour en savoir plus, veuillez consulter la page du registre des communications concernant celle intitulée SEM-21-002 (Marsouin du golfe de Californie).

CEC - Vaquita

Submission asserts failure to enforce environmental law in Mexico with respect to the protection of the nearly extinct vaquita porpoise