CEC hero image, a  photo of Array

Subvention EJ4Climate

Renforcement de la résilience aux inondations dans les collectivités des Premières Nations du bas du fleuve Fraser et restauration des habitats du saumon endommagés

Organisation : Watershed Watch Salmon Society
La mission de la Société consiste à défendre et à rétablir la population de saumons sauvages de la Colombie-Britannique, autant dans l’eau que dans la collectivité. Quant à sa vision d’ensemble, elle consiste à faire prospérer à jamais le saumon sauvage en Colombie-Britannique.

Emplacement géographique : Dans les villes suivantes : Hope, Agassiz, Chilliwack, Abbotsford, Pitt Meadows, Surrey, Delta, Port Coquitlam et Coquitlam. Au total, 31 collectivités salish (autochtones) de la côte continentale situées dans la plaine d’inondation du fleuve Fraser.

Pays : Canada

Autres organismes qui participent : Partenaires actifs du projet : Le First Nations Emergency Planning Secretariat (Secrétariat de la planification d’urgence des Premières Nations), et le projet Resilient Waters de MakeWay Canada). Autres partenaires : La Farmland Advantage, Lower Fraser Fisheries Alliance (Alliance des pêches du bas Fraser), une organisation autochtone), et le projet Floodplains by Design, dans l’État de Washington. Un partenaire universitaire : l’Université de la Colombie-Britannique (Kees Lockman, président de la School of Architecture and Landscape Architecture [École d’architecture et d’aménagement paysager]).

Actif NAPECA Projects ©Murray Ned

Contexte

Le projet proposé s’appuiera sur une activité d’envergure qui est en cours, dénommée Resilient Waters (<www.resilientwaters.ca>), qui vise à déterminer quels sont les principaux emplacements de surveillance des inondations où le passage et l’habitat des poissons peuvent être restaurés.

Le résultat escompté consiste à s’assurer que les stratégies gouvernementales de gestion des inondations, les améliorations des infrastructures d’atténuation des inondations et les travaux connexes de restauration de l’habitat aboutissent à des solutions qui répondent aux besoins et aux priorités des Premières Nations, parallèlement aux autres valeurs des collectivités et des secteurs, tout en améliorant l’habitat du saumon.

Objectifs

  • Évaluer ce que coûtent les risques d’inondation aux Autochtones (les collectivités salish de la côte continentale) des basses-terres continentales de la Colombie-Britannique, et déterminer les priorités et les techniques appropriées pour réduire ces risques.
  • Accroître le partage des connaissances et la collaboration entre les spécialistes techniques, le personnel et les gestionnaires des administrations locales et du gouvernement provincial avec les partenaires des Premières Nations afin d’améliorer les méthodes de gestion des inondations en tenant compte des valeurs écosystémiques, autochtones, agricoles et autres. Cela donnera lieu à l’établissement d’un rapport sur les pratiques exemplaires de gestion qui orientera les efforts à venir de gestion des inondations dans le bas Fraser et dans d’autres régions de la Colombie-Britannique.
  • Contribuer à améliorer la capacité des Premières Nations à faire face aux risques d’inondation et à les gérer sur leurs terres territoriales, et les laisser prendre les devants en matière de résilience aux catastrophes.
  • Accroître la participation des Premières Nations, du secteur agricole, du secteur de la conservation et du public aux stratégies pertinentes du gouvernement provincial qui sont en cours d’élaboration (relatives à la gestion des inondations, à la préparation et à l’adaptation aux changements climatiques, à la sécurité des bassins versants et au saumon sauvage), ainsi qu’aux décisions relatives aux infrastructures afin de reconnaître et de tenir adéquatement compte des besoins des Premières Nations, de l’agriculture et de l’écosystème des plaines d’inondation.

Principales activités

  • Des ateliers afin d’examiner les différents aspects de la résilience et de la planification des plaines d’inondation, et d’inciter les collectivités à définir les risques en fonction du contexte des Premières Nations.
  • L’établissement d’un rapport sur les pratiques exemplaires de gestion, accompagné de recommandations.
  • L’évaluation des zones prioritaires afin de réduire les risques dans les basses-terres continentales de la Colombie-Britannique, en fonction des valeurs et des connaissances écologiques traditionnelles des collectivités salish de la côte continentale. Également, l’évaluation des techniques de réduction des risques, notamment l’analyse de celles que préconisent les Premières Nations locales et la façon de les appliquer.
  • La promotion, par les Premières Nations, le secteur agricole et le secteur de la conservation, des principales recommandations qu’énonce le rapport sur les pratiques de gestion bénéfiques, ainsi que la tenue d’ateliers avec les Autochtones (décrits ci-dessus) dans le cadre de consultations relatives aux stratégies relatives à la gestion des inondations, à la préparation et à l’adaptation aux changements climatiques, à la sécurité des bassins versants et au saumon sauvage (lorsque le calendrier des consultations correspond à celui des conclusions du rapport et des ateliers).
  • La diffusion d’informations au public sur les possibilités et les solutions permettant de tenir compte des diverses valeurs dans la gestion moderne des plaines d’inondation.

Résultats

L’instauration de nouvelles normes de gestion des inondations et des plaines d’inondation. Les incidences positives qui devraient se poursuivre au-delà de la durée de ce cycle de subventions sont les suivantes :

  • La réforme des règlements, des politiques et des programmes (notamment au moyen de la stratégie de gestion des inondations de la Colombie-Britannique) garantissant que les activités d’atténuation des inondations et les mises à niveau assurent une sécurité efficace contre ces inondations tout en tenant compte des valeurs des Premières Nations, des valeurs écologiques et agricoles, et d’autres valeurs.
  • L’amélioration de la gouvernance en vue de concevoir un modèle de gestion collaborative des inondations qui responsabilise les Premières Nations et tient compte des valeurs sociales et environnementales.
  • La mise à jour des modèles, des programmes et des critères de financement provinciaux et fédéraux afin que les critères d’atténuation des inondations tiennent compte des diverses valeurs.
  • Une amélioration des relations permettant de renforcer la collaboration et la confiance entre les administrations locales et les Premières Nations.