CEC hero image, a  photo of Array

Travailler avec nous

Offre de bourse en justice environnementale

En personne (Montréal [Canada])

Le directeur exécutif de la Commission de coopération environnementale (CCE) est à la recherche d’une personne en vue de pourvoir un poste de boursier-ière à temps plein afin d’aider la CCE à renforcer l’intégration des dimensions de la justice environnementale à son programme de travaux en cours. La personne retenue relèvera du directeur exécutif et travaillera en étroite collaboration avec les unités de la CCE afin d’explorer et de renforcer les possibilités d’inclure les aspects de la justice environnementale dans l’ensemble des travaux en cours et futurs de la CCE. Comme le concept de « justice environnementale » n’est pas nécessairement compris de la même manière partout en Amérique du Nord, la personne titulaire de la bourse aidera la CCE à déterminer les nuances, les différences et les points communs liés aux questions de justice environnementale qui concernent le Canada, le Mexique et les États-Unis.

Cette bourse d’une durée de trois mois (avec possibilité de prolongation) offrira à la personne une expérience unique favorable à un épanouissement professionnel rapide en ce qui a trait à la manière dont des questions de justice environnementale relatives à une variété de sujets liés à l’environnement et aux changements climatiques se manifestent en Amérique du Nord. Ce poste offrira également à la personne une exposition importante à des défis majeurs en matière d’environnement, de diplomatie régionale et de politiques au sein de l’une des organisations internationales de premier plan de la planète, ce qui aidera à déterminer des occasions de renforcer des mesures coordonnées en vue de prendre en compte les dimensions de la justice environnementale et de les intégrer, de manière significative, aux priorités environnementales au Canada, au Mexique et aux États-Unis. La personne réalisera des travaux conformes à la mission et aux priorités de la CCE afin de mieux protéger l’environnement nord‑américain commun, et travaillera en collaboration avec d’autres intervenants pour mettre fin aux tendances en matière de changements climatiques et de perte de biodiversité et les inverser, tout en favorisant davantage l’équité sociale et environnementale.

Admissibilité

La personne retenue devra satisfaire l’une ou plusieurs des conditions suivantes :

  • Posséder une formation en matière de justice environnementale et de l’expérience liée, notamment, à la participation des collectivités, aux politiques publiques de justice environnementale et aux connaissances autochtones.
  • Avoir une excellente maîtrise de l’anglais et de l’espagnol. La connaissance du français constituera un atout.
  • Être une personne qui apprend vite, qui est organisée, indépendante et motivée, et qui a une bonne capacité d’analyse.
  • Avoir une passion pour la réflexion relative aux dilemmes stratégiques les plus difficiles de la société.
  • Avoir une capacité d’adaptation et faire preuve de souplesse pour travailler dans un milieu international et multiculturel dynamique.
  • Avoir le droit de travailler légalement au Canada. La CCE pourra offrir une aide ayant trait aux directives à suivre pour présenter une demande de visa de résident temporaire (VRT).
  • Avoir de bonnes aptitudes en matière d’organisation, de gestion du temps et d’établissement de priorités.

Tâches

La personne retenue devra contribuer à une diversité d’affectations de courte durée et rapides, à des travaux de recherche et à des activités de mobilisation d’équipe, entre autres, par exemple :

  • Examiner l’expérience de la CCE et sa mobilisation antérieure en ce qui a trait aux questions liées à la justice environnementale en Amérique du Nord.
  • Se renseigner au sujet des travaux antérieurs des unités de la CCE (Écosystèmes, Croissance verte, Qualité de l’environnement, Relations gouvernementales, stratégie et performance, Groupes consultatifs, Sensibilisation, relations extérieures et partenariats et Communications), et collaborer avec les équipes des unités afin de déterminer la pertinence de la justice environnementale et les possibilités qui s’y rattachent en ce qui concerne le programme de travaux de la CCE.
  • Rechercher et rassembler les renseignements pertinents sur les questions de justice environnementale en Amérique du Nord, qui concernent le Canada, le Mexique et les États‑Unis et varient d’un pays à l’autre.
  • Aider la CCE à mieux connaître les aspects de la justice environnementale liés aux questions intersectionnelles en matière de vulnérabilité à l’échelle du continent (par exemple en ce qui a trait aux jeunes, aux membres de la communauté LGBTQAI2S+, aux personnes de couleur, etc.).
  • Aider la CCE à renforcer sa connaissance de la relation entre les dimensions de la justice environnementale et les groupes autochtones.
  • Examiner les projets, actuels et nouveaux, de la CCE, dont les Villes championnes, Horizon 2030, la Surveillance de la qualité de l’air dans une optique de justice environnementale et le Réseau de collectivités pour la justice environnementale, et déterminer les possibilités de mettre en évidence les aspects de la justice environnementale dans le cadre de ces projets.
  • Déterminer et recommander des possibilités et des méthodes pour mieux aborder les questions de justice environnementale dans le cadre des activités de la CCE.
  • Aider à élaborer des indicateurs de rendement clés en vue de mesurer l’influence de la CCE sur la prise en compte des dimensions de la justice environnementale.
  • Aider la CCE à aborder les dimensions de la justice environnementale qui pourraient avoir un lien pertinent avec les sujets et le matériel qui seront traités lors de la session du Conseil de 2024. Il pourrait s’agir de contribuer à l’élaboration d’un programme de table ronde trilatérale et d’identifier des conférenciers compétents des trois pays.
  • Identifier les principaux intervenants en matière de justice environnementale en Amérique du Nord et collaborer avec eux. 

Rémunération

12 000 dollars canadiens pour la durée totale de la bourse, y compris les frais associés au déplacement à Montréal et les frais de logement pendant trois mois. 

Processus de candidature

Les personnes intéressées doivent transmettre par courriel, d’ici le 9 février 2024, leur curriculum vitæ, ainsi qu’une brève lettre d’accompagnement indiquant les raisons qui les qualifient pour occuper ce poste à l’adresse suivante : ejf@cec.org. (À l’attention du directeur exécutif)

La CCE favorise l’équité, l’inclusion et la diversité en matière d’emploi et de gestion des ressources humaines.

Nous ne répondrons pas aux demandes de renseignements par téléphone ou par courriel.

Aperçu

État

Actif

Date limite

9 février 2024 à 17 h 00

Salaire/Budget

12 000 dollars canadiens pour la durée totale de la bourse, y compris les frais associés au déplacement à Montréal et les frais de logement pendant trois mois.

Emplacement

En personne (Montréal [Canada])

Qui sommes-nous?

Les gouvernements du Canada, du Mexique et des États-Unis ont établi la Commission de coopération environnementale (CCE) en 1994 en vertu de l’Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l’environnement, à savoir l’accord parallèle à l’Accord de libre-échange nord-américain en matière d’environnement. Or, depuis 2020 et conformément au nouvel Accord Canada‒États-Unis‒Mexique (ACEUM), elle est désormais régie par l’Accord de coopération environnementale (ACE). La CCE rassemble un éventail d’intervenants issus du grand public, de peuples autochtones, des jeunes, d’organisations non gouvernementales, du milieu universitaire et du domaine des affaires en vue de trouver des solutions qui permettent de protéger l’environnement que partagent les trois pays nord-américains, mais tout en favorisant un développement économique durable au profit des générations actuelles et futures.

La CCE réalise ses activités grâce au soutien financier du gouvernement du Canada, par l'entremise du ministère de l’Environnement et du Changement climatique, du gouvernement du Mexique, par l'entremise du Secretaría de Medio Ambiente y Recursos Naturales (ministère de l'Environnement et des Ressources naturelles), et du gouvernement des États-Unis, par l'entremise de l'Environmental Protection Agency (Agence de protection de l'environnement).

Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à la CCE et devons vous informer que nous ne contacterons que les candidats présélectionnés. Nous conservons les curriculum vitæ pendant six (6) mois et les prenons en considération si nous avons des postes appropriés à pourvoir pendant cette période.