Des maires des États-Unis, du Mexique et du Canada prennent le Mayors’ Monarch Pledge

Cet article a été initialement publié sur le National Wildlife Federation Blog

En septembre 2015, le National Wildlife Federation (NWF, Fédération nationale de la nature) lançait l’initiative du Mayors’ Monarch Pledge (engagement des maires pour la sauvegarde des monarques) afin d’obtenir la participation des municipalités, villes, comtés et collectivités de toutes sortes aux efforts visant à sauver le papillon monarque. Le maire de St. Louis, au Missouri, Francis Slay, est fier d’avoir été le premier à s’engager, suivi de peu par le maire de la ville d’Austin, au Texas, Steve Adler.

À l’origine, le Mayors’ Monarch Pledge s’adressait aux municipalités américaines, mais le US Fish and Wildlife Service (USFWS, Service des pêches et de la faune des États-Unis) et la Commission de coopération environnementale ont suggéré que l’initiative soit élargie pour englober le Canada et le Mexique, et invité le NWF à participer à des discussions trilatérales tenues en 2016, à Monterrey, au Mexique; à Shepherdstown, État de Virginie-Occidentale, aux États-Unis; et à Ottawa, au Canada.

La Commission de coopération environnementale (CCE) est une organisation internationale créée en 1994 dans la foulée de l’Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l’environnement (ANACDE). Elle s’emploie à favoriser la coopération entre le Canada, les États-Unis et le Mexique afin de se pencher sur les questions environnementales qui soulèvent des préoccupations à l’échelle nordaméricaine. Au cours de ses 22 ans d’existence, la CCE a collaboré à plusieurs projets visant la conservation du monarque.

La collaboration trilatérale s’avère essentielle pour des espèces telles que le papillon monarque, dont la population de l’Est (partie est de la division continentale) effectue des migrations qui englobent plusieurs générations et s’étendent sur les trois pays membres de la CCE. Le monarque passe l’hiver dans les forêts de sapins oyamel des montagnes de la Sierra Madre, à l’ouest de la ville de México. Au printemps, il remonte vers le nord, s’accouple et pond ses œufs dans les aires d’asclépiades des États mexicains septentrionaux de Coahuila, Nuevo León et Tamaulipas, ainsi que dans l’État du Texas, aux États-Unis. Au printemps, quatre autres générations de monarque se disséminent vers le nord, dans toutes les régions du nord des États-Unis et du sud du Canada. Les trois pays ont un rôle crucial à jouer dans la sauvegarde du papillon monarque!

En mars 2017, à San Antonio, au Texas, la CCE a réuni des dirigeants communautaires de toutes les régions du Canada, du Mexique et des États-Unis pour échanger sur les mesures actuelles de conservation du monarque et examiner la possibilité d’élargir officiellement la portée de l’initiative d’engagement afin d’inclure le Canada et le Mexique.

La Fondation David Suzuki, au Canada, et l’organisme mexicain Profauna et son Programa Correo Real Mariposa Monarca (programme « courrier royal » visant le papillon monarque), du Mexique, ont convenu d’être les principaux parrains de l’initiative dans leurs pays respectifs. En mars 2017, sept municipalités canadiennes avaient pris cet engagement, et le maire de la municipalité de Saltillo, État de Coahuila, au Mexique— Isidro López Villarreal—était le premier maire mexicain à s’engager.

Pour en apprendre davantage sur l’initiative internationale Mayors’ Monarch Pledge, visitez le site : www.nwf.org/mayorsmonarchpledge.